L’ONG IECT se mobilise pour protéger les enfants en bas âge contre les méfaits du tabac

En Avril 2016, une moyenne de 12 points de vente de produits du tabac a été dénombrée autour des écoles maternelles, primaires et secondaires à Cotonou. Ces jeunes âmes innocentes et naïves sont très tôt amenées à toucher de tels produits au point d’en trouver l’usage normal.

Au moins un de ces points de vente de produits du tabac est visible depuis le portail des écoles. Pour attirer les plus jeunes, ils sont aromatisés à la fraise ou à la menthe tout comme les bonbons et biscuits avec qui ils sont savamment exposés. Une publicité agressive à l’effigie des marques de cigarette s’étale sur tous les supports présents sur ces lieux.

Sur ces lieux, la législation béninoise relative à la commercialisation du tabac est pour le moins bafouée. C’est ce dont témoigne la persistance de la vente de cigarettes à la tige, la présence des cigarettes destinées à la vente dans d’autres pays comme le Niger (de degré de nicotine plus élevé qu’autorisé au Bénin) et l’absence totale de la mention « Vente interdite aux mineurs ».

Tel est le constat fait par l’équipe de l’ONG Initiative pour l’éducation et le Contrôle du Tabagisme (IECT) qui a mené cette enquête initiée par l’Alliance pour le Contrôle du Tabagisme en Afrique (ACTA). La dite enquête s’inscrit dans le cadre d’un projet de dénonciation des actions de l’Industrie du Tabac. Pour sa phase pilote, il a été exécuté dans 9 pays africains dont le Bénin.

Les résultats d’enquête ont été partagés le 16 Août 2016 avec les membres de la Société Civile Béninoise et le 13 Avril 2017 avec les dirigeants d’écoles, les responsables des associations de parents d’élèves, les responsables régionaux de l’enseignement primaire et secondaires et les autorités communales.

Ces séances ont été appuyées par les descentes sur le terrain où ces responsables à divers niveaux ont pu à chaque fois constater les réalités. En effet, grâce à l’opération de libération des espaces publiques, grand nombre de ces points de ventes de tabac ont été retranché des alentours des écoles mais y persistent encore les points installés sur domaines privés (boutiques et kiosque).

Malheureusement, aucun texte administratif n’interdit de telles pratiques précisément aux alentours des écoles. Ces dirigeants d’écoles ont exprimés le pressant besoin de disposer d’un tel texte pour protéger efficacement les enfants à eux confiés. Une pétition adressée au Préfet du Littoral a été rédigée et signée au cours de la séance ; doléance qu’à fait sienne le préfet.

Les détails de cette opération ont été discutés lors d’une séance de travail qui a réuni les dirigeants de l’ONG IECT et leurs partenaires de l’ACTA venus du Togo autour du Préfet TOBOULA. Cette rencontre a été très fructueuse et augure d’un imminent arrêté préfectoral en mesure de préserver ces jeunes enfants d’une dépendance précoce au tabac.

© 2016 IECT. All Rights Reserved | Design by HIGHLIGHT

Contactez-nous